1

Le temps des résolutions

Cette année, je vais....

Cette année, je vais….

Pour une deuxième semaine, je fais vraiment dans l’originalité. Hé! C’est le temps des résolutions! Alors, qu’avez-vous décidé? Faire du sport? Perdre du poids? Prendre soin de vous? Vous mettre en forme? En forme de quoi, au juste? Triangle, carré, rond…

Bien souvent, la problématique des résolutions est qu’elles sont trop vagues pour être prises au sérieux par notre inconscient. Notre cerveau, tel un GPS interne, a besoin d’indications précises pour choisir le chemin le plus approprié pour arriver à destination. C’est comme si vous vous disiez « je veux aller dans le sud ». Quel sud? Magog? New York ou la Terre de Feu? Qu’est-ce que vous allez entrer comme données pour savoir où vous allez et le chemin à prendre pour arriver à vos fins?

Si vous vous dites « cette année, je veux perdre du poids » sans autres indications, il se peut qu’après 500 grammes, votre inconscient estime avoir atteint l’objectif.

Se fixer : Perdre 10 kilogrammes est déjà plus précis.
Perdre 10 kilogrammes d’ici le 1er juin 2014 est encore plus précis.
Porter cette superbe petite jupe jaune d’ici le 1er juin 2014 ou mieux est à la fois très précis et axé sur une action positive.

Plutôt que de prendre la résolution « cette année, je me mets en forme », demandez-vous « quand je vais être en forme, qu’est-ce que je vais faire de différent dans mes actions? Comment vais-je savoir que maintenant, je suis en forme ? » Prenez le temps de vous projeter dans le futur, comme si vous aviez une baguette magique et que vous aviez atteint votre objectif. Qu’est-ce qui est différent? Qu’est-ce que vous faites, vous voyez, vous ressentez qui vous permet de savoir que votre objectif s’est réalisé? Comment votre entourage sait-il que vous avez changé?

Les réponses à ces questions vont vous guider vers la rédaction d’objectif (de résolutions) pour votre année.
Je serai capable de monter les marches jusqu’à mon bureau au 4e étage sans être essoufflé d’ici le _______________.
Mon taux de cholestérol sera de ________________ d’ici le _______________ ou mieux.

Vous comprenez le principe?

Après, bien entendu, on se donne un plan de match. Pour arriver à mon objectif de xyz, je fais faire ABC…

Prenons 2 exemples, à l’heure où les pubs TV veulent nous vendre toutes sortes de machines de conditionnement physique et d’abonnement dans les gyms. (Je fais définitivement dans l’originalité).

Nous avons l’individu 1 qui se donne comme résolution de faire ABC (directement le plan de match, sans objectif) : Cette année, je vais aller au gym 3 fois par semaine.
Combien de temps va-t-il tenir sa résolution, selon votre expérience? 1 mois, 2 mois, 3 mois? Beaucoup plus, je le  lui souhaite…

Prenons ensuite l’individu 2, qui se projette dans le temps, qui se pose la question de ce qu’il veut atteindre comme objectif, de comment il va se sentir une fois son objectif atteint, de l’image qu’il a de lui à ce moment…
« Cette année, je vais être capable de courir mon premier 10 km d’ici le 30 juin ou mieux. C’est important pour moi, car je veux vieillir en santé et être un exemple pour mes enfants. Pour réaliser mon objectif, je vais aller au gym 3 fois par semaine. »
Qu’est-ce que vous pensez de la forme de cette résolution?

Une résolution, ça peut être plus qu’un vœu pieux. Faites que ça devienne un engagement envers vous-même. Pour ce faire, voici un résumé des étapes :

1)      Projetez-vous dans le temps : quand je vais avoir atteint mon objectif, qu’est-ce que je vais voir, entendre, ressentir?  Quelle image ai-je de moi? Comment je me sens dans cette vision?

2)      En quoi est-ce si important pour moi d’atteindre cet objectif? (Ici, on se pose la question au moins 3 fois. Et si ce n’est pas important, changez d’objectif ou modulez-le! Ça ne sert à rien – ou si peu – d’investir de l’énergie là-dessus si ce n’est pas important pour vous).

3)      Écrivez votre objectif de façon SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, dans le Temps). Je vais avoir classé tous les documents qui sont dans mon bureau d’ici le 31 mars 2014, ou mieux. (J’aime bien ajouter la notion de « ou mieux ». C’est une invitation à vivre de belles réalisations non prévues).

4)      Votre objectif, une fois écrit de la sorte, vous donne un petit crunch-crunch plus ou moins agréable au niveau du plexus solaire? Une petite voix s’éveille pour semer le doute dans votre esprit sur votre capacité de réussite? Voilà une bonne occasion d’identifier quelles sont vos résistances, vos croyances. On ressort les afformations : Pourquoi est-ce si facile pour moi de …..?[1]
Au besoin, morceler votre objectif, donnez-vous des étapes intermédiaires. Un éléphant se mange une bouchée à la fois, non? Avant de pouvoir habiller du taille 6 dans 10 mois, peut-être que pour vous, votre GPS interne aimerait faire un « pit-stop » à la taille 8 dans 6 mois…

5)      Garder vos objectifs près de vous, sur une petite note sur votre table de chevet, dans votre agenda, sur votre frigo. Et placez-vous plusieurs fois par jour ou semaine dans l’état d’objectif atteint. Mettez toutes les cellules de votre corps en état d’accomplissement. Faites vibrer la réussite en vous.

6)      Bâtissez votre plan de match. Et oui! On passe à l’action! Pour que votre état de réussite se concrétise, quelles seront les étapes? Quelles actions allez-vous poser, concrètement, en premier? En deuxième? En troisième? Je fais ça, ça et ça, car je veux atteindre cet état. C’est important pour moi, car _________.

En terminant, je vous invite à écrire vos objectifs et actions avec les termes qui sont les plus motivants pour vous. Remplacer les « il faut que » par ce qui vous propulse  le plus vers l’action. Est-ce :
je veux
je dois
je vais
je mérite
je souhaite
je fais
j’ai besoin de

Analysez quels mots vous utilisez quand vous pensez à une activité motivante pour vous et employez-les dans la rédaction de vos résolutions!


[1] Il existe plusieurs façons de changer nos croyances. Au fil de mes textes, j’en aborderai quelques unes. Déjà, prendre conscience que nous avons une croyance qui nous limite et dire que c’est fini, que nous ne la voulons plus dans notre vie, induit un changement.

1

Le temps des bilans

Apprends d'hier, vit pour aujourd'hui, regarde vers demain (et repose-toi cet après-midi)

Apprends d’hier, vit pour aujourd’hui, regarde vers demain
(et repose-toi cet après-midi)

Et voilà, nous sommes rendus à la fin de décembre et c’est l’heure des bilans. Original non? Non, pas du tout! Est-ce que tu vas parler du Bye Bye tant qu’à faire?

Original ou pas, là n’est pas la question. Avant d’entreprendre une nouvelle année, c’est intéressant de faire le point sur les moments qui viennent de passer. Quand on sait d’où l’on vient, on sait mieux où l’on va.
Et si on parlait plutôt de la façon dont on peut faire le bilan de notre dernière année?

Une des façons de faire est de repenser aux petits et grands moments de votre année. On feuillette notre journal, notre agenda, nos photos, notre mur Facebook… Et on donne une note d’appréciation pour son année. Par exemple, sur une échelle de 1 à 10, quelle évaluation je fais de mon année 2013?
Ensuite, on se pose la question : qu’est-ce que ça m’aurait pris pour avoir 1 ou 2 points de plus? Et qu’est-ce qui fait en sorte que je n’ai pas un ou 2 points de moins? Comment ai-je réussi ça?

Je vous invite à faire une appréciation distincte pour les 7 grandes rubriques suivantes de la vie. Ça permet de donner une perspective différente, de relativiser les aspects qui ont peut-être un peu moins bien « scoré » au courant des 12 derniers mois.

Alors, de façon distincte, quel bilan faites-vous de la dernière année (sur une échelle de 1 à 10):

–          De votre travail et votre carrière?

–          De vos objectifs financiers?

–          De vos loisirs et vos passe-temps?

–          De votre santé et votre condition physique?

–          De vos relations avec votre entourage?

–          De votre santé émotionnelle et votre spiritualité?

–          De votre contribution à la communauté?

Et qu’est-ce que ça aurait pris pour aller chercher des points de plus? Comment avez-vous réussi à ne pas aller plus bas? Quels sont les événements marquants?

Un bilan sur douze mois donne une perspective pour aller vers la prochaine année. Et qu’est-ce qui est différent si vous reculiez encore plus loin pour faire ce bilan? Faites le point entre aujourd’hui et où vous en étiez pour un ou plusieurs de ces aspects, il y a 3 ans? Il y a 5 ans?

Prenez le temps d’apprécier — oui, même pour les cas où ce n’est pas si facile — comment tous les changements qui ont pu arriver sont source d’apprentissages. Comment les éventuels pépins de la vie peuvent être une occasion pour faire les choses différemment. Pour rebondir. Pour partir à neuf. Pour changer. Pour évoluer.

Reconnaître le positif en toutes choses, c’est s’engager sur la voie de la gratitude.

C’est déjà une belle amorce pour la prochaine année, non?