0

Votre cerveau, votre ami

La semaine dernière, je vous parlais du potentiel de faire des affirmations positives sous forme de question, les Afformations©.

En faisant mes recherches pour la thématique de cette semaine, je suis tombée sur cette citation (quel hasard!):

« Si vous commencez à vous poser des questions positives, vous aurez en tête des images positives. Et ces images positives vous rempliront de sentiments positifs. Vous éprouverez alors un regain d’enthousiasme dans votre vie. »

-Richard Bandler, cocréateur de la PNL

On me demande souvent ce qu’est la programmation neurolinguistique, la PNL. En gros, la PNL est un ensemble de techniques qui s’intéresse aux stratégies utilisées par une personne pour aller mieux, instaurer des changements, etc. On s’intéresse à la façon dont sont captés les différents stimuli et comment ils sont « codifiés » et emmagasiné dans notre inconscient. Et à ce que nous en faisons par la suite.

De différentes façons, la PNL sert notamment à identifier les « programmes » internes qui fonctionnent bien pour les utiliser consciemment dans un autre contexte. Elle sert également à identifier ceux qui fonctionnent moins bien et à les modifier pour changer la réponse donnée. Oui, oui, un peu comme on le ferait avec un ordinateur. On parle de programmation, non?

Prenons un exemple. Imaginez une tarte aux pommes. Une tarte aux pommes? Aux pommes, au sucre, au citron, peu importe…

Donc, pensez à cette tarte. Est-ce qu’il y a une image? Où se trouve-t-elle? Dans ma tête, voyons! Oui, oui, je sais, il n’y a probablement pas de tarte dans votre champ visuel réel… Cependant, prenez conscience de votre image mentale…

Où est la tarte? En avant de vous? Sur le côté? En arrière?
Et est-ce que cette image est très grande ou toute petite? Dans un film ou sur un poster?
Peut-être cette tarte est chaude, ou très fraîche,…
Pouvez-vous en sentir l’odeur? Y goûter?
Entendez-vous le son que fait l’assiette si on la dépose sur une table? La voix de quelqu’un? D’où provient le son? De la gauche ou de la droite?

Le VAKO: Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif / Goût

Le VAKO: Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif / Goût

Bon, ok! Ça va faire là! Change d’exemple, ça donne le goût de manger de la tarte…
Et vous? Quelle a été votre expérience? Êtes-vous parvenu à localiser l’image, le son, l’odeur, le goût et le ressenti (le feeling) de cette pensée?

Pour chacun de nos souvenirs (passés ou à venir!), notre cerveau enregistre les informations de cette façon, avec les 5 sens. Nos pensées sont découpées en caractéristiques, que l’on nomme « sous-modalités ».

La bonne nouvelle est qu’on peut travailler sur ces sous-modalités pour changer la façon dont nous nous sentons par rapport à une situation.

Reprenons notre tarte. Quoi? Encore? Je t’ai dit que j’avais faim…

Prenez votre image de tarte – ou votre dessert préféré –  et changez-en sa luminosité. Commencez par augmenter la lumière, jusqu’à ce que ça soit très très ensoleillé… puis, diminuez la lumière, jusqu’à ce que la tarte ne soit plus qu’éclairée que par une toute petite lueur de bougie.

Que s’est-il passé avec les odeurs pendant ce temps? Et le goût? Et votre ressenti?
Et si vous transformez votre image en noir et blanc, que ce passe-t-il?
Et si vous en faites une toute petite image, un timbre-poste?
Et si vous faites un film, que vous vous regardez en être l’acteur (ce que l’on nomme « être dissocié »)?
Et si vous êtes « dans l’action »? C’est-à-dire que vous voyez vos mains tenir la tarte, par exemple (ou « être associé »).

Remarquez comment ces changements de sous-modalités influencent comment vous vivez la situation, comment ces changements influencent votre feeling.

Pour la plupart des gens, faire un long film avec une pensée, et y être en mode associé, intensifie la sensation. À l’inverse, faire un film très court, très rapide et en mode dissocié, diminue l’émotion.

C’est comme si vous deviez raconter l’histoire de l’extraction de votre dent de sagesse. Si vous racontez l’événement de façon brève, comme si c’était arrivé à quelqu’un d’autre, il y a fort à parier que ça vous rappelle des souvenirs moins douloureux que si vous racontez le tout très lentement, avec moult détails…

Alors, comment utiliser son ami le cerveau pour se sentir bien?

  • Prenez un souvenir où vous vous sentez merveilleusement bien;
  • Refaites-en le film et jouez dans le film (vous vivez l’action, vous n’êtes pas dans la salle de cinéma);
  • Voyez ce que vos yeux voient, entendez ce que vos oreilles entendent;
  • Ressentez sur votre peau à quel point vous vous sentez merveilleusement bien;
  • Ressentez dans tout votre corps comment vous vous sentez merveilleusement bien, tout comme dans votre souvenir.
  • Ralentissez le rythme de votre film afin de vous imprégner de chacun des détails de chacune de vos sensations;
  • Ajustez la luminosité et les sons ambiants pour faire de cette expérience une expérience parfaite.

Imaginez maintenant une situation à venir où vous auriez besoin de vous sentir aussi bien. Faites vibrer pleinement cette sensation dans chacune de vos cellules et imaginez-vous dans les jours et les semaines à venir…

On peut également modifier une sensation désagréable.

  • Par exemple, pensez à une personne qui vous est désagréable.
  • Faites-en une image en noir et blanc, rapetissez-la et éloignez cette image le plus loin possible de vous.
  • Entendez la personne vous dire ce qu’elle a à vous dire tout en lui changeant la voix (ex : voix d’enfant, voix de bande dessinée – Bart Simpson? Donald Duck? La Schtroumpfette?).
  • Transformez la personne en clown, en lutin, ce qui vous plaira!
  • Prenez conscience maintenant de comment cette personne ne suscite plus la même réaction en vous.

Continuez à lire ce billet jusqu’à la fin puis, repensez à la personne. Vous verrez que le sentiment envers cette personne sera bel et bien modifié.

Il peut arriver pour certains que cette gymnastique mentale soit plus difficile à faire au début, alors que les enfants font ça tout naturellement. J’ai des clients qui me disent « je ne vois rien, je n’entends rien, je ne ressens rien… ». Peut-être sont-ils trop dans leur tête?
Si jamais c’était votre cas, pas de panique!  Il y a fort probablement un de vos cinq sens qui est plus facilement accessible pour vous, que ça soit visuel, auditif, kinesthésique (feeling). Commencez par explorer cet aspect-là. Repensez à votre repas d’hier : qu’est-ce qui vient en premier? Une image, un son, un goût, une sensation? Explorez toutes les facettes qui se présentent en premier, puis glissez vers un autre sens. Vous allez progressivement être en mesure de faire le tour des cinq sens.

Pour vous aider à « habiter votre corps » et être moins dans votre tête, Alexandre Nadeau propose un exercice tout simple sur son site (incluant une vidéo). Je vous invite à l’essayer et à revenir ici refaire les deux exercices inscrits plus haut (se sentir bien et modifier une sensation désagréable)

Go! Allez-y! Je vous attends…

…Et maintenant, en quoi les expériences ont-elles été différentes en « habitant » votre corps?

Et que ce passe-t-il avec la personne qui vous était désagréable?

————————————————-

Pour aller plus loin dans ces exercices, je vous recommande le livre « Obtenez la vie que vous voulez : une méthode infaillible pour une transformation rapide et durable » de Richard Bandler, cocréateur de la PNL.

Le travail fait coaching PNL utilise beaucoup de techniques permettant de faire ressentir (avec les 5 sens), ce que l’on veut atteindre comme objectif. Pour en apprendre plus, contactez un coach PNL! (Ou contactez-moi, bien sûr! 😉 )